Le PS craint une hausse de la TVA à la rentrée

Publié le par ps maromme

PARIS (Reuters) - Le gouvernement étant privé de marges de manoeuvre budgétaires en raison d'une faible croissance, les Français vont découvrir à la rentrée de "très mauvaises nouvelles" fiscales dont une hausse de la TVA, estime Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste.

 

"Le 'choc Sarkozy' qui aurait dû se répercuter sur les entreprises n'a pas existé au deuxième trimestre. Ce choc n'existe pas sur l'économie et pire, les marges de manoeuvre (...) ont été utilisées à des fins dont on sait qu'elles sont relativement stériles sur le plan économique", a-t-il déploré sur BFM.

Selon la première estimation de l'Insee, publiée mardi, la croissance s'est établie à 0,3% au deuxième trimestre - contre 0,6% anticipé - après 0,5% au premier trimestre.

"Les nuages commencent à s'amonceler sur la tête du gouvernement qui a fait preuve de beaucoup d'optimisme (...) On se rend compte aujourd'hui que ces marges de manoeuvre qui nous manqueront demain pèseront lourd sur la capacité du gouvernement et de l'Etat à pouvoir venir au secours d'une croissance" en-deçà des prévisions, a-t-il poursuivi.

"Il nous manquera donc des recettes fiscales pour atteindre les objectifs en matière de déficit public (...) Il faudra y faire face soit en taillant dans les dépenses publiques, ce que le gouvernement a commencé à faire en réduisant le nombre de fonctionnaires, ou en augmentant la fiscalité", a souligné le député européen.

"Je crois que ce qui s'annonce c'est une mesure qui sera très impopulaire qui sera la fameuse TVA sociale qui viendra au secours non seulement des régimes sociaux mais au secours du budget de l'Etat qui sera incapable d'honorer ses engagements en matière budgétaire", a-t-il prévenu.

"Ces nuages sur la tête du gouvernement l'amènent aujourd'hui à être très silencieux sur les sujets sur lesquels il sait qu'il devra annoncer de très mauvaises nouvelles aux ménages et aux Français en général (...) probablement une hausse de la TVA pas simplement pour financer la Sécurité sociale mais aussi le budget de l'Etat".

Publié dans Communiqué

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article