Education: supprimer des heures de cours "n'est pas un bon calcul", juge la FCPE

Publié le par ps maromme

PARIS - Supprimer des heures d'enseignement pour réduire le coût du système éducatif n'est "pas un bon calcul", a estimé jeudi le président de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves), qui a appelé à la vigilance sur les conséquences de la réforme annoncée la veille par le ministre de l'Education Xavier Darcos.

"Le système éducatif a besoin plutôt d'une réforme qualitative", a jugé Farid Hamana sur Europe-1, "et la qualité, ça dépend effectivement de savoir sur quoi on veut travailler".

Le ministre a annoncé mercredi que 11.000 postes de fonctionnaires partant à la retraite ne seraient pas remplacées dans l'Education nationale en 2008, dont environ 80% de professeurs, majoritairement dans le second degré.

"On a un coût qui est excessif par rapport aux autres pays, c'est le coût du redoublement", a indiqué M. Hamana. Et de déduire que "si l'on arrivait à supprimer ou à réduire les redoublements, on aurait un coût moins élevé du système éducatif". "Permettre à plus d'élèves de maîtriser mieux leurs connaissances, c'est aussi une forme d'économie", a-t-il estimé.

Le président de la FCPE a appelé à la vigilance à propos des "filières professionnelles qu'on souhaite éventuellement supprimer ou remanier, de manière qu'un lycéen qui choisirait telle filière ne soit pas obligé des faire des centaines de kilomètres pour trouver la formation qu'il souhaite acquérir".

Même prudence concernant la réforme des options: "Il faudra voir celles qui sont pertinentes pour les lycéens", a-t-il estimé, soulignant l'importance, entre autres, de connaître "à peu près" les types d'options et de filières mis à leur disposition à l'université. Cette réforme des options "est une piste qui a été toujours été évoquée", avant même l'annonce du gouvernement, a toutefois rappelé Farid Hamana. AP

Publié dans Communiqué

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article