Ségolène Royal, une "femme debout"

Publié le par ps maromme

 

NOUVELOBS.COM | 28.01.2007 |  

Lors d'un discours en Martinique, la candidate socialiste a promis de "tirer le débat public vers le haut".

 

Ségolène Royal sur un marché de Fort-de-France, le 26 janvier 2007

 

Ségolène Royal sur un marché de Fort-de-France, le 26 janvier 2007

(c) Reuters

 

Revenant sur l'affaire des renseignements généraux, Ségolène Royal a appelé, vendredi 26 janvier dans la soirée, en Martinique (samedi à Paris), au vote sanction contre ceux qui "utilisent les services de l'Etat à des fins personnelles". Face à une droite "peu regardante sur les méthodes", la candidate du Parti socialiste a promis de "tirer le débat public vers le haut".

"Depuis plusieurs mois, en cette fin de règne interminable, ceux qui devraient avoir le sens de l'Etat le détournent, ceux qui devraient normalement assurer la vérité la transforment, ceux qui devraient garantir la transparence et le bon fonctionnement des institutions manquent à tous leurs devoirs et utilisent même les services de l'Etat à des fins personnelles", a-t-elle dénoncé en meeting à la Trinité.

"Et ça, ça doit être sanctionné par un vote populaire!", a-t-elle réclamé, invitant les électeurs à punir dans les urnes son rival de l'UMP et ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, qu'elle n'a jamais cité nommément. "La droite est peu regardante sur les méthodes, ce n'est pas une surprise."

 

"Femme debout"

 

Alors que la campagne a débuté dans un climat délétère, Ségolène Royal a promis de "tirer le débat public vers le haut", refusant d'être "complice d'une dégradation du débat politique". "Malgré les mauvais coups, nous devons tenir le niveau et la qualité du débat et des valeurs que nous défendons. Nous devons rester debout et avancer dignement si nous voulons tirer la France vers le haut", a-t-elle dit.

"Le combat est rude, mais je ne le crains pas", a assuré celle qui s'était présentée un peu plus tôt comme une "femme debout" face à la droite. "Comme le disait l'un d'entre vous, 'Ségolène, pour la droite, tu es la femme à abattre'. Eh bien avec vous, nous restons debout. Avec vous, je sens que le souffle est là. Avec vous, je sens que l'espoir se lève pour gagner, pour mettre fin aux dégâts de la droite."

 

"Rétablissement de l'autorité de l'Etat"

 

Celle qui se veut la candidate de "la morale de l'action" a donc promis de défendre une autre "conception de l'Etat", fondée sur le "rétablissement de l'autorité de l'Etat et de la puissance publique au service, et au seul service, de l'intérêt général du peuple français". "Il faut retrouver le sens de l'Etat aujourd'hui bafoué!"

Ségolène Royal, qui a passé une partie de son enfance sur l'île, a glissé quelques mots de créole lors de ce meeting sous les étoiles, en bordure de mer. "Mwen kontan vwè zot ("je suis contente de vous voir", NDLR), bonswè les Antilles, bonswè Madinina (Martinique, NDLR), bonswè tout moun a Trinité, mwè se an fanm dobout" ("je suis une femme debout", NDLR).

Beaucoup dans le public agitaient des drapeaux bleus frappés d'un "Ségolène Royal présidente" et des roses rouges, emblème du PS. Dans un clin d'oeil, la réunion s'est achevée sur le zouk "Ségolène" sur l'air de "Célimène" de la Compagnie Créole, la candidate restant de longues minutes sur la scène, dont le fond était un ciel bleu barré et où avait été dressé un parterre de fleurs de roses de porcelaine. Il n'y avait aucun logo du PS. (AP)

Publié dans Présidentielles 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article