Hollande dénonce l'opération

Publié le par ps maromme

NOUVELOBS.COM | 06.02.2007 | 18:41

Pour le Premier secrétaire du PS, le "candidat de la droite dure" veut "échapper à son bilan et maquiller son projet".

 

François Hollande (Reuters)

 

François Hollande (Reuters)

 

François Hollande dénonce, mardi 6 février, l'opération de "mystification" tentée selon lui par Nicolas Sarkozy, "candidat de la droite dure" qui veut "échapper à son bilan et maquiller son projet".
Lors d'un point de presse, le premier secrétaire du Parti socialiste a fustigé la multiplication de "promesses contradictoires" du candidat de l'UMP lors de l'émission de TF1 "J'ai une question à vous poser" lundi soir.
"On a déjà eu un Jacques Chirac, on n'en a pas besoin d'en avoir deux, en plus dangereux!", a-t-il déclaré à la presse.
L'émission, à laquelle la candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, doit participer le 19 février, a permis de vérifier la "posture" du ministre de l'Intérieur qui est "celle de la mystification", a estimé François Hollande.

Candidat de la majorité

"Nicolas Sarkozy veut échapper à son bilan - il est tout simplement le candidat de la majorité sortante - et maquiller son projet - parce qu'il est tout simplement le candidat de la droite dure", a-t-il jugé.
"Le choix, il est très clair pour cette élection présidentielle. Si l'on est satisfait du travail de la majorité sortante, il y a un candidat pour ça, il s'appelle Nicolas Sarkozy. Si l'on pense qu'il faut le changement alors il n'y a qu'une candidate (...) c'est Ségolène Royal", a-t-il poursuivi.
"On a le droit d'être satisfait de ce qui s'est passé depuis 2002 et il y en a dans notre pays qui pensent que l'allégement des impôts pour les plus favorisés c'était bien, que le démantèlement des retraites c'était parfait, que la mise en cause de l'assurance-maladie c'était excellent (...) Ceux-là, ils ont un candidat c'est Nicolas Sarkozy", a insisté le député de Corrèze.

"Endetter les Français : non!"

Pour le PS, le projet de société du candidat de droite consiste à "désendetter l'Etat et endetter les Français". "Et bien non! L'objectif de la politique c'est de désendetter et l'Etat et les Français", a ajouté François Hollande.
"Chez Nicolas Sarkozy, on a l'impression que chacun doit se débrouiller sans qu'il y ait des filets de sécurité (...). Nous, nous lui opposons une société de la solidarité", a déclaré de son côté Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.
François Sauvadet, porte-parole du groupe UDF, dénonce la "démagogie" de Nicolas Sarkozy. "Tout ne sera pas possible, c'est ça que répète François Bayrou. Il y aura des priorités à faire. Nous sommes dans des situations budgétaires qui imposeront des choix. Ce sont ces choix que les Français attendent et non pas des déclarations successives de promesses inconsidérées", a-t-il déclaré.

Publié dans Communiqué

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article