Le Parti socialiste dénonce les "amitiés" de Chirac en Afrique

Publié le par ps maromme

NOUVELOBS.COM | 14.02.2007 | 16:16

 

Le PS reprend les arguments de Ségolène Royal dénonçant le soutien du président à des régimes dictatoriaux. Des critiques développées dans une lettre de la candidate envoyée, par erreur, à Témoignage chrétien.

 

Ségolène Royal en voyage au Sénégal (27/09/06)

 

Ségolène Royal en voyage au Sénégal (27/09/06)

(c) Reuters

 

Le Parti socialiste a accusé mercredi 14 février Jacques Chirac d'avoir "terni l'image" de la France en Afrique, "en privilégiant les amitiés personnelles et le soutien à des régimes dictatoriaux et corrompus au détriment de l'intérêt général". Cette prise de position reprend quasiment à l'identique les termes d'une tribune de Ségolène Royal dans l'hebdomadaire Témoignage chrétien, rendue publique mardi, dans laquelle elle accuse le président Jacques Chirac d'avoir "privilégié les amitiés personnelles au détriment de l'intérêt général".
Pourtant, le directeur de cabinet de Ségolène Royal Christophe Chantepy avait assuré mardi soir que ce texte avait été envoyé "par erreur" à l'hebdomadaire. "C'est suite à une erreur matérielle que ce texte a été envoyé", avait affirmé Christophe Chantepy à l'AFP, "cette lettre n'a aucunement été validée dans cette forme par Mme Royal", qui "s'est toujours gardée de toute attaque personnelle au cours de cette campagne". Le député UMP des Deux-Sèvres, Dominique Paillé, avait estimé mercredi que la diffusion de ce texte non "validé" donnait "encore une preuve patente de son amateurisme".
 
Des interventions militaires au profit de régimes amis
 
Mercredi-après midi, le son decloche est donc différent. Comme sa candidate, le PS dénonce "le triste bilan" de la majorité sortante en Afrique. Dans son texte, le PS affirme qu'"en privilégiant les amitiés personnelles et le soutien à des régimes dictatoriaux et corrompus au détriment de l'intérêt général, la politique africaine de Jacques Chirac a terni l'image de notre pays sur le continent".
"La multiplication des interventions militaires au profit de régimes réputés amis, au Tchad ou en Centrafrique, nous détourne des objectifs de développement qui devraient être ceux de la coopération française", ajoute le PS.
"Pour le PS et sa candidate Ségolène Royal, l'heure est venue de profondément rénover la politique africaine de la France", qui "ne doit plus relever d'un domaine réservé mais être soumise au contrôle du Parlement".
Cette politique devra être "fondée sur des principes de transparence et tournée vers de nouvelles priorités : le développement durable (...) l'accès de tous à la santé, aux médicaments, à l'eau, à l'éducation, le soutien aux sociétés civiles africaines et à la démocratisation".
 
Une réponse à l'appel du Comité catholique contre la Faim
 
Le texte de Ségolène Royal répondait à un appel lancé dans Témoignage chrétien, le 14 décembre dernier, par le secrétaire général du Comité catholique contre la Faim et pour le Développement Jean-Marie Fardeau.
Il demandait à la candidate socialiste de "s'engager de toutes ses forces dans quatre combats": "Le combat contre la misère et pour la dignité humaine", "le combat pour la justice et pour la démocratie", "le combat pour la gestion éthique et durable des ressources de ces pays" et "le combat pour la transparence de la politique africaine".
On pouvait lire mercredi sur le site de Témoignage chrétien que Jean-Marie Fardeau considérait la réponse de Ségolène Royal comme "un signe encourageant d’engagement", tout en attendant "des engagements plus précis".
Cet échange épistolaire intervient alors qu'a lieu jeudi et vendredi le sommet Afrique-France de Cannes réunissant quarante-huit pays, représentés par 40 chefs d'Etat et de gouvernement. (Avec AFP)

Publié dans Communiqué

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article