Taxation des "surprofits" ..

Publié le par ps maromme

mercredi 14 février 2007, 18h42
AP
 

Le bénéfice record de Total relance le débat sur la taxation des "superprofits" pétroliers

   Envoyer par mail  Envoyer via Y! Messenger  Blog via Yahoo! 360  Imprimer
 

PARIS (AP) - L'annonce des bénéfices record du groupe Total ont relancé mercredi le débat sur une taxation des "superprofits" des groupes pétroliers, proposée par l'association UFC-Que Choisir et plusieurs candidats à l'élection présidentielle.

Malgré un quatrième trimestre en recul de 10%, le groupe pétrolier français a enregistré en 2006 un bénéfice net ajusté de 12,585 milliards d'euros, en hausse de 5% sur 2005, a annoncé Total dans un communiqué. Ce bénéfice, réalisé grâce à la flambée des prix du pétrole, est le plus important jamais réalisé par le cinquième groupe mondial.

En pleine campagne présidentielle, l'annonce de ces résultats a provoqué une polémique. L'UFC-Que Choisir, qui avait déjà mené une campagne sur ce thème l'an dernier, a de nouveau demandé au gouvernement d'imposer à la compagne pétrolière une "taxe exceptionnelle" sur ses profits.

L'association de consommateurs propose une taxe d'un milliard d'euros par an pendant cinq ans sur les profits pétroliers déclarés en France. "Cette taxe devrait représenter chaque année un prélèvement de moins de 10% sur les profits mondiaux de Total et aura pour seule conséquence la diminution d'un tiers de ses rachats d'actions", calcule l'UFC-Que Choisir.

Elle contribuerait au financement d'un "plan Marshall" destiné à "aider les consommateurs à diminuer leur dépendance au pétrole" en développant l'offre de transports collectifs de proximité, l'aide à l'acquisition de moteurs économes, le fret ferroviaire et la recherche-développement dans les énergies alternatives.

Ségolène Royal a repris cette idée dans son "pacte présidentiel" présenté dimanche à Villepinte (Seine-Saint-Denis). La candidate socialiste propose de "développer les transports collectifs grâce à un prélèvement exceptionnel sur les superprofits des sociétés pétrolières".

Elle a été rejointe mercredi par plusieurs autres candidats. Dans un communiqué, Marie-George Buffet a demandé que le gouvernement "décide d'une contribution sur les profits des compagnies pétrolières, dont Total, et sur les marges des réseaux de distribution". La candidate communiste propose que cette contribution serve à financer une diminution de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) sur l'essence sans plomb, un gel de la TIPP sur le gazole et l'instauration d'un "prix maximum" à la pompe, particulièrement pour le fioul domestique.

A droite, Nicolas Dupont-Aignan a rappelé qu'il réclamait "depuis plusieurs années la création d'une taxe sur les superprofits des compagnies pétrolières, pour financer les transports en commun propres, le ferroutage et la recherche sur les énergies renouvelables".

Nouveau directeur général de Total, Christophe de Margerie, a estimé que cette idée d'une "supertaxation" était "une erreur". Celle-ci "ne pourrait qu'aggraver la situation et rendre Total moins compétitif par rapport à ses concurrents", a-t-il estimé sur Europe-1, en prédisant néanmoins que cette taxation "n'aura pas lieu". Lors d'une conférence de presse, le DG sortant Thierry Desmaret a dénoncé cette proposition, "à cheval entre le dogmatisme et le populisme".

M. De Margerie a assuré que Total payait ses impôts selon le droit en vigueur "en priorité dans les pays où nous faisons nos revenus". Le groupe affirme réaliser seulement 5% de ses profits en France. L'UFC-Que Choisir conteste ces affirmations et avance une estimation de 20%. AP

Publié dans Communiqué

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article