Autonomie des universités ...

Publié le par ps maromme

Autonomie des universités: les syndicats "rassurés" par le nouveau texte

PARIS (AFP), 19:21
 

Les représentants de la communauté universitaire se sont dits "rassurés" mercredi par la nouvelle version du projet de loi sur l'autonomie des universités présentée par Valérie Pécresse, le président de l'Unef affirmant: "aujourd'hui nous sauvons l'essentiel".

"Le texte était inacceptable il y a une semaine parce qu'il dénaturait le modèle universitaire français: aujourd'hui nous sauvons l'essentiel", a estimé Bruno Julliard, président de l'Unef après deux heures de table-ronde avec la ministre, alors que le projet intègre les trois revendications majeures de la communauté universitaire.

Le nouveau texte du projet de loi prévoit que les conseils d'administration seront plus larges (entre 20 et 30 membres), que la prise d'autonomie s'appliquera à "toutes les universités dans un délai de cinq ans" et ne comporte plus d'alinéa permettant aux universités de sélection à l'entrée du master (bac+4), les trois points de blocage avec la communauté universitaire.

"Nous sommes rassurés, parce que sur les points qui faisaient blocage, il y a une ouverture du gouvernement", a ajouté Thiébauld Weber, président des étudiants de la Fage, pour qui "les étudiants ont eu gain de cause sur la sélection en master" disparue du nouveau projet.

De son côté, le premier responsable de la conférence des présidents d'université (CPU), Jean-Pierre Finance, a relevé que "l'essentiel des remarques que (la CPU) avait faites ont été intégrées au nouveau texte", en citant la mention écrite noir sur blanc que les universités devront "toutes" avoir acquis leur autonomie "dans un délai de cinq ans".

Un gros bémol à la sortie de la table ronde a toutefois été émis par des représentants des personnels et enseignants-chercheurs. "Il reste de gros points durs de confrontation sur les questions de personnels et enseignants-chercheurs", a ainsi assuré Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, principale fédération de l'Education.

"Notre impression est mitigée, les conseils d'administration ont été élargis mais la représentation des personnels non enseignants restera minorée", a regretté Thierry Cadart, secrétaire général du Sgen-CFDT, tandis que, pour l'Unsa-Education, Patrick Gonthier a rappelé que la possibilité pour le président d'université de recruter des personnels contractuels risquait de "fragiliser le statut de la fonction publique".

Publié dans Communiqué

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article