Déficits et réductions d'impôt consenties aux plus riches

Publié le par ps maromme

Point presse du lundi 27 juin :

Benoît Hamon, porte-parole, est revenu sur la conférence de presse du président de la république, qui a donné «le programme des réjouissances du grand emprunt et de l'affectation de ses crédits à la préparation de l'avenir».

Ces déclarations consistent «à stigmatiser le fait que la France connait un déficit public depuis plus de trente ans», «déficits attribués à des dépenses et au fait qu'on ai insuffisamment préparer l'avenir».

«Le problème de la France aujourd'hui, ce n'est pas qu'elle dépense trop, on peut toujours mieux dépenser, mais le problème c'est qu'elle a consenti des réductions d'impôt en direction des entreprises les plus riches et des Français les plus riches, qui ont creusé les déficits» a-t-il expliqué.

Le porte-parole a rappelé que si la France connait un déficit aussi important», comme l'a dit le rapporteur général du budget à l'Assemblée G.Carez (UMP), c'est parce que «depuis 2000 elle a consentie entre 100 et 120 milliards de réduction d'impôts donc de baisse de recettes fiscales».

«Si nous sommes contraints aujourd'hui d'emprunter pour préparer l'avenir, si nous ne pouvons pas le faire à partir des ressources de l'Etat» c'est à cause de «la politique de Nicolas Sarkozy (qui) a gonflé l'épargne des plus riches».

«Et cette épargne plutôt que d'être orienté vers l'investissement, vers la création d'emploi,  a été orienté vers des placements juteux sur les marchés financiers» a-t-il indiqué.

Rappelant à un président qui a décidemment la mémoire courte, qu'il a encore, ces dernières semaines, retiré 1,8 milliard d'euros aux recettes de l'État, en raison de la réforme de l'impôt sur la fortune.

 

Publié dans Section de Maromme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article